L’utilisation de Kleaner pour la conduite : un examen juridique

Aujourd’hui, nous nous intéressons à l’utilisation de Kleaner, un produit destiné à garantir une haleine fraîche et à prévenir les contrôles d’alcoolémie positifs. Mais est-ce légal ? Quels sont les enjeux juridiques liés à son utilisation ? Cet article vous propose un examen approfondi des aspects légaux entourant l’utilisation de ce produit lors de la conduite.

Qu’est-ce que Kleaner et comment fonctionne-t-il ?

Kleaner est un produit présenté sous forme de spray buccal ou de gouttes, dont le but principal est d’éliminer les traces d’alcool dans l’haleine. Il est souvent utilisé par les personnes souhaitant éviter les contrôles d’alcoolémie positifs. Son principe actif est le chlorure de zinc, qui réagit avec l’éthanol présent dans l’alcool et le transforme en acétate de zinc, une substance inodore et incolore.

Cependant, il convient de souligner que Kleaner ne réduit pas le taux d’alcool dans le sang ; il n’a qu’un effet sur l’haleine. Ainsi, si une personne a consommé une quantité importante d’alcool, elle présentera toujours un risque pour la sécurité routière même si son haleine ne trahit pas sa consommation.

La législation française concernant l’éthylotest et l’alcool au volant

En France, la législation est très stricte concernant la consommation d’alcool au volant. Le code de la route prévoit que le taux d’alcoolémie maximal autorisé pour les conducteurs est de 0,5 gramme d’alcool par litre de sang (ou 0,25 mg/l d’air expiré). Les forces de l’ordre peuvent procéder à des contrôles routiers à tout moment et sont équipées d’éthylotests permettant de mesurer le taux d’alcool dans l’haleine des conducteurs.

A lire aussi  L'article 1453 et son implication dans la législation sur l'arbitrage

Il est important de noter que le fait d’utiliser un produit tel que Kleaner pour masquer les traces d’alcool dans son haleine lors d’un contrôle routier peut être considéré comme une tentative de fraude. La législation française prévoit en effet des sanctions pour ceux qui cherchent à fausser les résultats des éthylotests. Les peines encourues peuvent aller jusqu’à une amende de 4 500 € et un retrait de six points sur le permis de conduire.

Quels sont les risques juridiques liés à l’utilisation de Kleaner ?

Bien que Kleaner soit commercialisé comme un produit légal en France, son utilisation lors de la conduite n’est pas sans risques du point de vue juridique. En effet, si un agent des forces de l’ordre soupçonne qu’un conducteur a utilisé ce produit pour masquer son taux d’alcoolémie réel, il peut décider de procéder à des vérifications supplémentaires.

Si ces vérifications, qui peuvent inclure un prélèvement sanguin, révèlent un taux d’alcoolémie supérieur à la limite autorisée, le conducteur sera sanctionné comme s’il avait refusé de se soumettre au contrôle. Les peines encourues sont les mêmes que celles mentionnées précédemment : amende, retrait de points et éventuellement suspension du permis de conduire.

Les alternatives légales pour éviter les contrôles d’alcoolémie positifs

Au lieu d’utiliser un produit comme Kleaner, il est recommandé d’adopter des comportements responsables pour éviter les contrôles d’alcoolémie positifs. Parmi les alternatives légales, on peut citer :

  • Ne pas consommer d’alcool si vous devez prendre le volant ;
  • Attendre que l’organisme élimine l’alcool avant de conduire (environ une heure par verre consommé) ;
  • Désigner un conducteur sobre lors des soirées entre amis ;
  • Utiliser les transports en commun ou recourir à un service de taxi ou de VTC.
A lire aussi  La mise en demeure : agir efficacement face aux impayés et manquements contractuels

En conclusion, bien que Kleaner puisse être considéré comme légal en France, son utilisation lors de la conduite présente des risques juridiques significatifs. Il est préférable d’opter pour des solutions responsables pour éviter les contrôles d’alcoolémie positifs et garantir la sécurité de tous sur les routes.