L’éthylotest : droit et obligations pour les transporteurs routiers

La sécurité routière est une préoccupation majeure pour les transporteurs routiers. Parmi les nombreux dispositifs mis en place pour garantir la sécurité sur les routes, l’éthylotest occupe une place de choix. Dans cet article, nous vous présenterons le cadre légal entourant l’utilisation de l’éthylotest par les professionnels du transport routier, ainsi que leurs droits et obligations en la matière.

Le contexte réglementaire autour de l’éthylotest

En France, le Code de la route impose à tous les conducteurs de véhicules motorisés d’être en mesure de justifier d’un taux d’alcoolémie inférieur à un certain seuil. Pour les conducteurs de véhicules légers, ce seuil est fixé à 0,5 gramme d’alcool par litre de sang ; pour les titulaires d’un permis probatoire ainsi que pour les conducteurs professionnels (y compris les transporteurs routiers), il est abaissé à 0,2 g/l.

Pour s’assurer du respect de ces dispositions, la loi prévoit la possibilité pour les forces de l’ordre d’exiger un contrôle d’alcoolémie des conducteurs. Ce contrôle peut être effectué au moyen d’un éthylotest chimique ou électronique, dont le résultat constitue une présomption quant au taux réel d’alcool dans le sang du conducteur.

L’obligation générale de posséder un éthylotest

Depuis le 1er juillet 2012, la loi impose aux conducteurs de véhicules légers et aux conducteurs professionnels de posséder un éthylotest non usagé et respectant certaines normes dans leur véhicule. Cette obligation s’applique également aux transporteurs routiers, qu’il s’agisse de véhicules utilitaires légers, de poids lourds ou d’autocars.

A lire aussi  Le médecin de garde et les patients en situation de détresse sociale : aspects juridiques et enjeux éthiques

Cependant, il est important de noter que cette obligation ne concerne pas les conducteurs de deux-roues motorisés, ni les conducteurs de véhicules à voie étroite (tels que les tracteurs agricoles) ou à voie large (tels que les engins de chantier).

L’éthylotest anti-démarrage pour les transporteurs routiers

Au-delà de l’obligation générale de posséder un éthylotest, la réglementation prévoit des dispositions spécifiques pour les conducteurs professionnels en matière d’éthylotest anti-démarrage (EAD). Depuis le 1er janvier 2010, tous les autocars neufs doivent être équipés d’un EAD conforme aux normes européennes en vigueur.

En outre, depuis le 1er septembre 2015, il est possible pour les entreprises de transport routier d’équiper volontairement leurs véhicules d’un EAD. Les entreprises qui choisissent cette option bénéficient d’une réduction du taux maximal autorisé d’alcoolémie pour leurs conducteurs à 0,1 g/l (contre 0,2 g/l pour les conducteurs professionnels sans EAD).

Les sanctions en cas de non-respect des obligations

En cas de contrôle d’alcoolémie positif, les sanctions encourues dépendent du taux d’alcool dans le sang du conducteur. Pour un taux compris entre 0,2 et 0,5 g/l (ou entre 0,1 et 0,5 g/l en cas d’installation volontaire d’un EAD), le conducteur professionnel encourt une amende forfaitaire de 135 euros et un retrait de 6 points sur son permis de conduire.

Pour un taux supérieur à 0,5 g/l, les sanctions sont plus sévères : elles peuvent aller jusqu’à la suspension du permis de conduire pour une durée maximale de trois ans, l’immobilisation du véhicule et même l’emprisonnement en cas de récidive.

Concernant l’obligation de posséder un éthylotest dans son véhicule, le non-respect de cette disposition est passible d’une amende forfaitaire de 11 euros. Toutefois, il est important de souligner que cette sanction n’est pas systématiquement appliquée en pratique.

A lire aussi  Caractéristiques et qualification du contrat de travail : l'essentiel à connaître

Conclusion

La lutte contre l’alcool au volant est un enjeu majeur pour la sécurité routière et les transporteurs routiers ont un rôle important à jouer en la matière. Le respect des obligations légales liées à l’éthylotest constitue une étape essentielle pour garantir la sécurité des conducteurs professionnels et des usagers de la route. Il est donc crucial pour les transporteurs routiers de se conformer à ces dispositions, tant pour assurer leur propre sécurité que pour celle des autres.

En résumé, l’éthylotest est un dispositif indispensable pour les transporteurs routiers afin de garantir la sécurité sur les routes. Les obligations légales concernant l’éthylotest sont à prendre en compte sérieusement afin d’éviter des sanctions et de préserver la sécurité de tous les usagers de la route.